The final countdown

Bonjour à tous,

Le titre et la photo qui l’accompagne reverront certainement une partie d’entre vous dans un temps ou le hard rock et la permanente bouclée allaient de pair avec des pantalons en lycra…le tout pour hommes bien évidemment.

Mais nous allons juste utiliser le titre de ce monument du rock kitsch pour nous rendre compte que nous sommes bel et bien dans le compte à rebours final avant le début de la saison de Lamera.

Ce weekend nous avons donc sorti pour la première fois de l’année nos 2 autos, le châssis réparé de la 31 ayant été finalement récupéré à la fin Février, il a été sablé, puis repeint, puis remonté avec quelques petits ajustements nécessaires car les trous ne tombaient pas toujours exactement en face des trous…

De son coté la 12 après un roulage à Nogaro a reçu un nouveau démarreur qui nous causait certains problèmes mais qui entretenait le potentiel sportif de l’équipe quand il faut pousser l’auto pour la faire redémarrer après un ravitaillement.

Après un détour par le banc d’essai moteur pour le controle d’avant saison et l’installation d’une nouvelle cartographie moteur qui devrait fiabiliser encore plus les autos nous nous sommes donc rendus sur le circuit de Magny-Cours ou se déroulera la manche d’ouverture de la saison 2017 dans maintenant 10 jours.

Les 2 autos ont fait une bonne matinée, les pilotes Gentlemen ont été rejoints par le dernier membre de leur équipage et ils ont pu passer plusieurs relais chacun pour s’habituer au tracé sur lequel ils vont courir dans 10 jours et surtout pour commencer à évoluer dans du trafic ce qui n’avait pas été le cas lors du roulage précédent puisque la piste de Alès nous était réservée en exclusivité.

Les tours s’enchaînent, les premières chaleurs quand on se fait dépasser par une Porsche GT3 CUP sont rapidement assimilées et tout le monde profite du coaching fourni par nos pilotes de pointe.

Frédéric Mallon nous a rejoint pour cette journée, il accompagnera Nicolas Oliveira, Joffrey Dorchy et Jérémy Sarhy pour la course de Magny, cet équipage homogène et performant nous permet d’être optimistes quand au résultat final.

Frédéric est donc le premier en piste dans la 12, fidèle à son habitude il attaque immédiatement une série de tours rapides puis va essayer de transmettre quelques conseils à nos Gentlemen depuis le siège passager de la 12.

Pendant ce temps Nicolas Oliveira montre les trajectoires qu’il utilise depuis le baquet de la 31.

De son coté Joffrey Dorchy a profité de l’occasion pour se faire offrir un baptême en hélicoptère avec sa fiancée et ils nous reviennent une heure plus tard fort satisfaits de leur périple.

La pause de midi arrive, nous révisons les autos qui n’ont pas souffert de la matinée, une cosse de démarreur mal attachée sur la 31, du jeu dans la biellette de boite sur la 12, un léger nettoyage sur nos autos qui arborent des décorations “en test” et nous voila repartis.

Soudain la 31 ne passe plus, elle finit par revenir mais sa trajectoire en crabe nous fait tout de suite penser à une transmission cassée, la peinture très claire du châssis nous permet de détecter une fuite de graisse très facilement mais lorsque nous soulevons le capot il n’y a aucune trace…bizarre.

Nous changeons les 2 transmissions, rien de mieux, nous contrôlons l’arbre et réalisons qu’il a un jeu anormal, le diagnostic initial sera une casse du différentiel.

Bien sur c’est rageant d’avoir une casse de différentiel alors que la boite sort de révision et que c’est lors du premier roulage après à peine 2h que la pièce casse, mais d’un autre coté nous avons de la chance d’effectuer cette journée de roulage pour casser cette maudite pièce maintenant et pas pendant la course.

La journée se poursuit uniquement dans la 12, les pilotes se succèdent, les “pros” et les “amateurs” améliorent leurs chronos respectifs et nous finissons la journée avec une série de tours TRES rapides qui nous font découvrir une nouvelle direction de réglage qui à l’air de donner de très bons résultats.

Nos pilotes repartent en fin de journée, certains par les airs, d’autres par le rail ou par la route et nous finissons de charger lorsque les champions en titre, à savoir CTF, arrivent sur le circuit pour rouler le lendemain avec la 4 et la 27.

Ils se moquent gentiment de nos décorations fort basiques jusqu’au moment ou ils descendent leur autos et la moquerie change de camp, le tout dans un très bon esprit.

Nous arrivons à l’atelier au milieu de la nuit avec une liste de petites choses à faire pour être dans les meilleures conditions possibles dans 10 jours, le compte à rebours final à bien commencé.

Bonne journée à tous.

 

PNC AUX PORTES

Bonjour à tous et bienvenue à bord de H-Racing pour 2017.

L’embarquement étant terminé et le vol étant plein nous vous remercions de vous installer et d’attacher votre ceinture de sécurité, sans oublier le Hans.

Nous sommes ravis de vous dévoiler nos équipages pour ce début de saison 2017.

Dans la 12 notre équipage Gentlemen sera mené par Julien Froment qui devient un habitué puisque cela fait maintenant 3 ans qu’il roule avec nous dans les bons moments et les moments plus intenses comme le premier relais sous la pluie à Monza ou nous nous sommes fait des politesses pour savoir qui irait en premier se mesurer à l’aquarium italien….

Il sera rejoint par une famille de Gentlemen, un père et ses 2 enfants souhaitant partager des moments forts en course en famille et nous plaçons de grands espoirs au classement général Gentlemen pour cet équipage.

Dans la voiture de pointe nous avons le plaisir de vous confirmer la composition de l’équipage qui démarrera la saison à Magny-Cours.

En plus des habituels pilotes H-Racing à savoir Nicolas Oliveira et Joffrey Dorchy nous avons la joie de vous confirmer que nous aurons le plaisir d’accueillir à Magny-Cours 2 pilotes très rapides et fiables qui vont compléter à merveille notre équipage déjà très prometteur.

Frédéric Mallon est un pilote expérimenté en Lamera, il roule depuis plusieurs années dans diverses voitures et à participé à la saison 2016 dans la 38 qui nous à causé tant de soucis au Castellet, heureusement ce n’était pas lui au volant et une des nombreuses qualités de Frédéric est qu’il ramène l’auto sans dégâts tout en tenant un rythme très performant.

Il a eu une carrière prometteuse en Rallye mais rapidement les budgets demandés ont freiné son ascension et avec la Lamera et son rapport “roulage/prix” imbattable il revient de plus belle pour nous faire profiter de sa pointe de vitesse et de sa fiabilité.

Souvent les pilotes qui font une première course chez H-Racing sont un peu surpris par notre petite structure qui n’est pas aussi impressionnante que celles des autres équipes.

Mais une fois cet effet de surprise, la convivialité qui règne chez nous et surtout la qualité de la préparation de nos autos font que ce manque de “bling-bling” est rapidement oublié et ils se sentent tout à fait bien chez nous et souhaitent revenir rapidement.

Nous avons donc la joie de vous confirmer que Jérémy Sarhy fera son retour chez H-Racing après un premier essai l’an dernier sur la course de Magny-Cours.

Jérémy à remporté la Clio Cup Junior en 2016, il souhaite donc poursuivre son programme Clio en 2017 mais il a quand même travaillé avec son entourage pour trouver le budget nécessaire pour faire au moins la course de 24H.

Nous travaillons avec Jérémy et sa famille pour organiser des opérations qui nous permettraient de dégager plus de budget pour qu’il fasse plus de courses avec nous en 2017, si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet contactez-nous.

Maintenant que la partie pilote est complète, nous allons finaliser la partie mécanique, les 2 autos sont en phase ultime de remontage et nous serons prêts pour aller rouler à Magny le 18/03 prochain pour une séance d’essais grandeur nature avant la course.

 

Bonne journée à tous

 

 

La chrysalide

Bonjour à tous,

Après une période de mutation à l’intérieur du cocon, la chenille finit par se transformer en papillon, l’étape intermédiaire est la chrysalide, plus tout à fait chenille mais pas encore papillon.

Nos autos sont toutes les 2 dans ce stade intermédiaire, plus tout à fait dans la configuration 2016 mais pas encore finalisées pour 2017.

Mais entrons dans le vif du sujet, la 31 est finalement revenue de chez TTM après un mois de délai supplémentaire qui nous à causé bien des soucis.

Pour réparer il faut d’abord couper la partie abîmée lors de l’accident du Castellet, ce qui fait un peu mal aux yeux mais il faut en passer par la….


Puis, une fois la partie manquante réinstallée il nous faut ramener le tout vers ces cieux plus cléments, la ou le soleil brille plus souvent que chez ces pauvres parisiens…

Une fois revenus dans notre belle région il faut déposer notre châssis bicolore chez l’artiste peintre qui va recouvrir le tout de 2 belles couche de résine époxy cuite au four, thermostat 7 pendant 3 heures avec des petits légumes.

Une fois le châssis totalement décapé, peint et cuit “al dente” le résultat est bluffant….

Et ensuite il ne reste plus qu’a ramener le tout dans notre atelier pour un remontage qui va nous permettre de démarrer la saison avec un châssis neuf, moteur révisé (qui en avait bien besoin d’ailleurs), boite révisée, carrosserie décorée (un peu de patience….) et des pilotes affûtés.

Un avis amical à la concurrence, nous n’avons jamais été aussi bien préparés que cette année 🙂

De son coté la 12 en est à son 2° roulage depuis le début de l’année, nous étions à Nogaro Lundi dernier pour faire découvrir la Lamera a 4 nouveaux clients, la journée leur a permis de rouler sans problème pendant 7 heures et les temps réalisés ont été fort encourageants puisqu’ils ont tous fini par rouler plus d’une seconde plus vite que ce qu’a réalisé l’auto sur la course de Nogaro en 2016.

Des clients enchantés, une voiture fiable qui fonctionne sans accroc, que demander de plus ?

Bonne journée à tous.

Objectif titre !!!

Bonjour à tous,

Suite à notre dernier article mystérieux nous sommes très heureux de pouvoir vous dévoiler l’identité du pilote de pointe qui nous rejoint pour la saison 2017 dans notre chasse au titre.

Nous cherchions, pour remplacer Philippe Marie qui est parti faire du GT4, un pilote rapide, fiable et connaissant déjà la discipline car la saison 2017 commence par les 24H de Magny-Cours qui aura une importance cruciale suite à la modification du barème de points qui va attribuer les points en fonction de la durée des courses.

Bien sur de telles qualités ne se trouvent pas facilement et tout le monde souhaite avoir dans son écurie un pilote réunissant ces qualités.

Ceux qui ont suivi la saison 2016 avec nous se sont rendus compte de l’amélioration spectaculaire des performances de la Lamera 29 de Force Motorsports.

En effet dès le début de saison cette Lamera à mis a son tableau de chasse plusieurs meilleurs tours en course et des premiers relais souvent bluffants.

Joffrey Dorchy (puisque c’est de lui dont il s’agit) a été fortement sollicité par d’autres équipages dès qu’il a été clair qu’il ne roulerait plus dans la 29 en 2017.

Nous sommes très satisfaits qu’en ayant toutes ces propositions Joffrey ait choisi H-Racing pour venir épauler notre équipage de pointe.

Joffrey est issu d’une famille de passionnés, son père détient toujours le record du monde de vitesse sur circuit en ayant atteint 405km/h au Mans dans une WM.

De son coté Joffrey a fait ses débuts en kart avec une 3° et une 4° place au championnat de France puis en ayant remporté le titre junior en Clio Cup en 2012, comme un certain Jérémy Sarhy qui a roulé avec nous à Magny-Cours l’an dernier l’a fait en 2016.

La victoire en Lamera lui a échappé de fort peu lors de la course du Val de Vienne après une course exemplaire et une super pole qui a confirmé son talent.

Nous sommes certains que cette année cette injustice sera réparée et que Joffrey connaîtra
enfin les joies de la victoire avec nous.

Cela prouve que le travail de H-Racing, sur la piste et à l’atelier, est reconnu par les pilotes et nous allons tout mettre en oeuvre pour que la confiance que nous accorde un pilote aussi prometteur que Joffrey débouche sur un titre en 2017.

Nous avons encore des surprises à vous dévoiler sur les préparations de la saison 2017, mais chaque chose en son temps.

Pour le moment nous désirons juste souhaiter la bienvenue à Joffrey chez H-Racing.

Bonne journée à tous.

66 et 85%

Bonjour à tous,

Ce titre bien mystérieux représente en fait le remplissage de nos autos pour la saison 2017.

Nous sommes très heureux de confirmer le remplissage de la 12 à 85%, nous sommes en phase de validation de contrats avec nos équipages que nous serons en mesure de nous communiquer très prochainement. Pour ceux qui souhaitent nous rejoindre il nous reste de la place pour une seule course, contactez-nous pour plus de détails.

Concernant la 31 qui va changer de nom pour la saison 2017 nous venons de valider l’accord avec un top pilote qui va renforcer encore un peu plus la performance de notre équipe, vous découvrez ci-dessous sa photo et nous vous le présenterons dans la semaine…

Quel suspense les amis….bonne journée

Remise en jambes

Bonjour à tous,

Nous avons effectué en fin de semaine dernière notre premier roulage en 2017 sur le circuit d’Alès.

Julien Froment qui a déjà roulé plusieurs fois avec nous a amené 3 nouveaux pilotes qui souhaitaient découvrir l’auto. Un père et ses 2 enfants qui souhaitent partager la passion de la course en famille.

Nous avions sélectionné le circuit d’Alès qui présente des tracés modulables et une qualité d’accueil dont certains autres circuits feraient bien de s’inspirer, certains près d’Alès, d’autres plus loin…

 

En bref nous voila installés rapidement et facilement grâce à un nouveau système de chargement modulaire installé dans notre fourgon “Hercule”…

Les pilotes arrivent le matin vers 0815, nous avons installé une mini hospitalité qui permet à tout le monde de se réchauffer car la température extérieure est encore négative….

A 0900, feu vert, quelques tours de validations du remontage hivernal et nous lâchons nos nouveaux pilotes en piste.

Très rapidement, les tours s’enchaînent, les pilotes prennent confiance et naturellement quand on cherche la limite…..on finit par la trouver, le silence Alésien est perturbé par les crissements des pneus qui protestent à chaque tête à queue (qui seront nombreux).

Soudain a 1130 l’auto ne passe plus, comme nous sommes seuls à rouler dès que nous n’entendons plus résonner le moteur dans la cuvette nous savons qu’un problème est survenu.

La dépanneuse nous ramène l’auto, un bac a graviers a rempli le compartiment moteur et le pilote à sagement respecté nos consignes de ne pas rouler avec des graviers dans l’habitacle car un gravier pourrait rentrer dans la distribution et casser le moteur…

Nous nettoyons, les pilotes nous aident fort gentiment et nous constatons qu’un roulement de roue a pris du jeu, 2 goujons de roue sont arrachés et nous n’en avons pas de rechange….

Les pilotes s’attendent à ce que la journée soit terminée mais nous avons plus d’un tour dans notre sac, juste à coté du circuit se trouvent les magnifiques ateliers de Duqueine Engineering qui engage cette année 3 LMP3 en ELMS, nous avons pu la veille rencontrer Yann Belhomme qui nous a fort gentiment fait visiter son atelier et ses installations fort complètes avec simulateur professionnel, salle de mise en forme….

Nous retournons voir Yann avec notre roulement hors d’usage, son chef mécanicien interrompt son repas de midi pour nous aider a solutionner le problème et le roulement de roue revient à 1340 pour une reprise à 1400, il n’a plus tout à fait la même tête mais cela fonctionne et les pilotes sont agréablement surpris que nous ayons pu réparer.

Le roulage se poursuit, l’écart entre les tête à queue augmente et les temps descendent, les pilotes commencent à utiliser notre VBOX et quand le père trouve une nouvelle ligne dans le virage 4 et leur “met” une seconde les 2 jeunes ne veulent pas se laisser faire et repartent de plus belle…

La journée se terminera sans autre encombre à 1730, tous les pilotes nous aident fort gentiment à ranger et nous serons de retour à l’atelier en fin de soirée.

Une belle journée avec des gens agréables et sans encombres, à renouveler rapidement….

Démarrage 2017

Bonjour à tous,

 

Nous profitons de cette occasion pour vous présenter nos meilleurs vœux pour 2017, beaucoup de tours de piste, peu de pannes et de dépassements réussis.

Malheureusement pour nous la fin de saison n’a pas permis de concrétiser les espoirs que la vitesse de la 31 nous laissait entrevoir dans l’optique du championnat, des problèmes mécaniques et des touchettes lors de la fin de saison nous ont mis dans une position ou la victoire devenait très aléatoire au début des 24H de Magny-Cours.

Toutefois après un début de course sans histoire nous étions 2° de la course et donc 2° au championnat après 15H de course lorsque Philippe s’est accroché avec un client Triangle à qui nous prenions un 80° tour, bilan des opérations, 40 minutes de perdues et une 9° place à la fin de la course.

La bonne nouvelle est que les 2 autos ont fini ces 24H sans problème particulier, la 12 a touché 3 fois mais l’équipage qui n’était pas le plus homogène à bien repli son rôle et nous devrions revoir certains de nos nouveaux pilotes en 2017.

En effet les 2 pilotes principaux de la 12 ont décidé d’aller rouler ailleurs en dépit de leurs engagements, même si nous regrettons cette décision unilatérale l’ambiance n’était plus aussi agréable avec eux qu’elle aurait du l’être et les procédures judiciaires que nous avons engagé pour manquement des obligations acceptées ne va rien arranger….Nous souhaitons bien du plaisir aux gens de CTF qui vont devoir les supporter en 2017 🙂 Un petit conseil, faites vous payer d’avance les amis !!!

Mais bon, ainsi va la vie, la correction de certains ne dure pas beaucoup plus longtemps que met leur parole à se perdre….passons à 2017.

Notre 31 est partie en réparation chez TTM le 20/12 pour redresser et ressouder le châssis qui a été endommagé au Castellet, nous sommes sans nouvelles de la date de retour chez nous car ils doivent louer un nouvel atelier pour y effectuer les travaux de soudure et malgré un annonce faite fin décembre par TTM il reste apparemment certaines formalités administratives à accomplir pour que ce nouvel atelier soit TRES RAPIDEMENT disponible.

Nul doute de vous dire que nous comptons sur des avancées RAPIDES dans ce dossier et que nous harcelons (littéralement) les équipes de TTM pour suivre l’évolution de la situation.

En attendant nous allons rouler avec la 12 à Alès cette semaine (le 19) avec 1 “ancien” pilote et 3 débutants qui vont pouvoir découvrir la voiture tranquillement tout au long de la journée.

Nous avons également prévu un track day à Barcelone le 02/02, normalement avec la 12 et la 31 qui devrait être revenue de chez TTM et il nous reste la possibilité d’accueillir quelques curieux qui veulent découvrir l’auto sur une piste exigeante car les virages rapides et les lents qui composent ce circuit font que chacun y trouve son compte.

Les équipages seront finalisés dans le courant du moins de Février et nous vous tiendrons informés de leur composition.

Bonne journée et gardez-vous du froid !!!

 

 

E viva Espana

Bonjour à tous,

Comme vous le savez le weekend prochain se déroulera sur le circuit de Jarama, à coté de Madrid la 5° manche de la Lamera Cup 2016.

Du coté de la 31, pas de changement, Nicolas Oliveira est totalement remis de son problème de dos qui l’a empêché de défendre les chances de la 31 au Val de Vienne, Olivier Thévenin et Philippe Marie sont motivés comme jamais pour effacer ce weekend malheureux et repartir de l’avant dans la lutte contre nos amis de la 1 qui devront se passer d’un de leurs pilotes suite à un problème de santé.

A cette occasion nous aurons le plaisir d’avoir un équipage très international dans la 12.

En plus des habituels Eric Bucaille et jean-Christophe Rey, qui auront envie de répéter la belle performance du Val de Vienne, nous aurons le plaisir de faire découvrir la Lamera Cup à 2 nouveaux.

Maurice O’Reilly est un pilote Neo-Zélandais qui va nous rejoindre pour les 3 dernières courses de la saison, quand on imagine que des pilotes viennent de Nouvelle Zélande pour rouler en Lamera !!!

Après avoir pu rouler avec Ellen Lohr en début d’année à Barcelone, les pilotes de la 12 pourront cette fois profiter de l’expérience d’Antonio Albacete.

Antonio est un pilote madrilène, Jarama se situe à 30km de chez lui et il connait la piste comme sa poche, il a fait ses armes en Formule Ford espagnole en remportant le championnat, puis en Formule Renault espagnole en remportant également le championnat.

Il a remporté 3 fois le championnat espagnol de tourisme puis surtout dès 95 à entamé une carrière en courses de camions ou il a été sacré 3 fois champion d’Europe.

Nous nous réjouissons d’accueillir Antonio parmi nous et nous sommes convaincus que la participation d’Antonio aidera la 12 a continuer sur sa belle lancée après les bons résultats du Val de Vienne.

Bonne journée à tous.

Valse de vienne

Bonjour à tous,

Ce weekend se tenait sur le circuit champêtre du Val de Vienne la 4° manche de la Lamera Cup 2016.

Et, telle une valse, les choses ont tourné ce weekend, bien puis mal, mal puis bien.

Les équipages engagés sur le 12 et la 31 ont subi quelques modifications, dans la 12 nous avons été rejoint par Alexander KREBS qui avait fait une course avec nous en 2016 et qui prépare activement sa saison 2017 en Lamera.

Julien FROMENT nous a également rejoint après une course l’an dernier à Dijon, Alex reviendra avec nous à Magny-Cours et Julien viendra quand à lui à Dijon.

Dans la 31 nous avons gardé le même équipage saison mais plus de détails à ce sujet un peu plus tard.

Les essais libres se passent bien sur les 2 autos, suite aux accidents subis au Castellet les 2 châssis doivent être réalignés mais nous trouvons rapidement des réglages qui satisfont les pilotes de la 12 et de la 31.

Les chronos se passent normalement, la 31 passe en superpole et la 12 échoue de très peu en prenant la 12° place.

La 29 qui a sorti de son sac un pilote TRES rapide sur un tour fait la pole, c’est leur première et nous les félicitions, ils savent que leur équipage est moins homogène et ne pensent pas pouvoir jouer la victoire le lendemain, ils ont tort…La 31 prend une belle 3° place et la 1 rate la pole (et ses points) de quelques centièmes.

Pendant que les concurrents de chez Tech-Drive changent moteur sur moteur dans la 1 et la 38 nos mécanos finissent le travail assez tôt et tout le monde passe une bonne soirée.

Les pilotes de la 12 et de la 31 se retrouvent dans un petit restaurant a quelques kilomètres du circuit et la bonne humeur se poursuit après le repas sur des variations de “je me cache dans les petits chemins en éteignant les phares de la voiture”.

Le lendemain matin tout le monde se retrouve au circuit pour une mise en grille à 0900 et un départ à 0930, Jean-Christophe dans la 12 et Philippe dans la 31 font 2 tours de vérifications et se mettent en grille.

Nicolas commence à se préparer pour son relais dans 40 minutes quand soudain il reste plié en 2, quelque chose à lâché dans sa colonne vertébrale et il ne peut plus bouger.

L’ambulance arrive alors que les voitures sont en grille et Nicolas se fait transporter avec la civière jusqu’au grillage bordant la piste pour voir le départ.

Il lui est totalement impossible de bouger et un pilote qui est également chirurgien se propose de l’ausculter rapidement, c’est aussi ça la Lamera Cup…

Le verdict tombe, interdiction formelle de rouler, ce qui nous pose un problème suivant car Philippe et Olivier ne sont plus que 2 dans la 31 et il faut être au minimum 3.

Nous nous rendons rapidement en direction de course pour trouver une solution réglementaire à ce problème médical, nous demandons à faire rouler Bertrand NICOLAS qui est présent sur le circuit et qui à déjà roulé chez nous en 2016 mais comme il n’est pas inscrit au meeting cela est refusé.

Nous ne pouvons pas décaler Jean-Christophe REY de la 12 vers la 31 car il pris le départ dans la 12, nous devons donc débaucher un pilote d’une autre équipe qui n’a pas encore rouler.

Quelques minutes fort agitées se passent et finalement nous trouvons une solution avec Thierry SOAVE qui devait rouler dans la 26 et qui, par chance pour nous, n’a pas pris le départ.

Les pilotes de la 26 donnent fort gentiment leur accord, Thierry vient en direction de course pour signifier son accord et le collège des commissaires nous donne une confirmation écrite 3 minutes avant l’ouverture de la 2° fenêtre de ravitaillement ou Thierry doit monter dans l’auto.

Pendant ce temps la Philippe et Olivier ont fait un travail magnifique et nous sommes en tête avec 45 secondes d’avance sur nos voisins de box de la 27.

De son coté la 12 avec Jean-Christophe et Alex est remontée de la 12° à la 10° place, l’équipage de la 12 est moins homogène que celui de la 31, il leur faut donc faire une course d’attente, ce qu’ils démarrent fort bien.

Le relais se passe bien, Eric prend la place de Alex dans la 12, Thierry remplace Olivier dans la 31 et quand il rend l’auto à Philippe 30 minutes plus tard nous avons 1 minute d’avance sur la 27, la 12 est passée 9°, jusqu’à ce moment la journée est parfaite.

Bien sur cela ne va pas durer, Philippe nous informe qu’une transmission vient de lâcher, puis quand il rentre nous nous apercevons que les 2 transmissions sont HS, les mécanos font un travail qui ressemble plus à de la magie en changeant les 2 transmissions en 8m34, entrée et sortie des stands inclus, mais nous repartons tout de même 11° !!!

Les choses s’accélèrent, les pilotes croient maîtriser la piste très piégeuse du Val de Vienne et les sorties de route et les safety car s’enchaînent, la 12 qui suit parfaitement son tableau de marche regarde les optimistes divers et variés s’enterrer dans les bacs à gravier et se retrouve 6, puis 5, puis 4° et se stabilise à cette place inespérée.

La 31 accumule les problèmes 2 sorties de piste vont percer 2 radiateurs et elle finira a une décevante 12° place, c’est encore plus rageant quand le rythme de l’auto et de l’équipage est tellement supérieur aux autres, en 1 heure de course nous avions pris une minute à tout le monde…

La fin de course de la 12 va être encore une fois marquée par des retournement de situations, les fameuses valses de Vienne….La 27 est en tête avec 2 tours d’avance mais casse son accélérateur qui reste bloqué à fond, les mécanos de CTF s’activent, changent la pièce et ils repartent juste derrière la 29 à qui la victoire tend les bras, mais elle à des problèmes de moteur et leurs pilotes sont moins rapides sur les ravitaillement, à 30 minutes de la fin de la course la 29 rentre dans les stands pour un ravitaillement, la 27 arrive 15 secondes plus tard mais repart dans l’échappement de la 29 qui manque de caler à la sortie des stands, la 27 se décale et passe mais elle mord la ligne de sortie des stands….

La 12 profite de l’occasion pour passer à la 3° place avant son ravitaillement et ressort à 10 secondes de la 29, mais elle est plus rapide et nous repasse, elle attaque tant et plus qu’elle remonte à 30 secondes de la 27 qui vient de prendre une pénalité pour la sortie des stands…

La 27 à beaucoup de chance car les stands du Val de Vienne sont très courts et la pénalité coûte environ 18 secondes, elle ressort donc devant la 29 pour environ 10 secondes au bout de 7h45 de course.

La 12 essaie de mettre la pression sur la 19 qui est 3° mais nous faisons une petite faute et perdons la 4° place au profit de la 20.

La 27 gagne, devant la 29, la 19, la 20 et la 12 qui avec un équipage nouvellement formé décroche encore une belle 5° place et remonte 9° au championnat à 2 points du 8°.

La 31 reste 4° au général mais limite la perte sur la 1 qui a connu beaucoup de problèmes mécaniques ce weekend, il reste 600 points à donner et si cette satanée malchance veut bien aller voir ailleurs nous savons que nos pilotes peuvent aller chercher le titre.

Nous nous retrouverons tous avec plaisir dans 1 mois sur le “vrai” circuit de Jarama.

Bonne journée à tous

Casse tellet

Bonjour à tous,

Le weekend dernier se tenait sur le circuit du Castellet la 3° manche de la Lamera Cup 2016.

Nos 2 autos étaient sur place avec le même équipage sur la 31 à savoir Nicolas Oliveira, Olivier Thévenin et Philippe Marie.

Dans la 12 nous avons eu le plaisir d’accueillir un nouveau pilote en la personne d’Olivier Robert qui découvrait la discipline.

Pour ceux qui ne connaissent pas le Castellet c’est sans doute le plus beau circuit d’Europe et sans doute un des plus beaux au monde, même en prenant en compte les extravagances d’Abu Dhabi ou de Bahrein. C’est un endroit magnifique…mais ça se paye.

Une des particularités de ce circuit est que TOUT est payant, l’entrée pour les visiteurs, l’entrée pour les équipes, même le wifi est payant, on essaie de ne pas respirer trop fort dans le cas ou une soudaine taxe sur le bon air serait imposée par le circuit.

Ceci étant dit les installations sont somptueuses, des stands immenses, une salle climatisée qui permet de suivre la course dans des conditions optimales.

Les essais libres du samedi matin vous nous permettre de recevoir les clients d’Eloise Transport pour qui nous avons organisé la même opération que l’an dernier, baptême de piste (payant bien sur) pour 10 privilégiés qui ressortiront tous des autos avec le sourire et de belles émotions.

Dès la fin des essais libres nous enchaînons sur les chronos, 2 sessions vont nous donner la grille de départ des 3 courses, celle du samedi après-midi et les 2 courses du dimanche.

La 12 part pour la première session et finira avec une for honorable 9° place sur la grille, la 31 est en grande forme et signe la pole pour la course du samedi après midi, pour la 2° session la 31 se classe 3° et la 12 prend la 12° place.

Nous sommes rassurés de voir la 31 partir en pole car nous pensons pouvoir éviter les accrochages potentiels du début de course….funeste erreur.

Les pilotes partent manger avec les invités Eloise et tout ce petit monde se retrouve sur la grille pour le départ de la course.

Le tour de lancement se termine, Nicolas prend un bon départ et à la bonne ligne en rentrant dans la première chicane mais entre le pif et le paf le pilote de pointe de la 38 veut absolument passer en tête au bout de 15 secondes de course alors qu’il reste encore 4h59m45s, vient taper la 31 tellement fort que le chassis se casse !!!! Nicolas fini le tour avec une auto en crabe et nos amis montagnards de la 17 viennent nous taper dedans quand l’auto se dérobe à la sortie du beausset, la 20 de chez Tech-Drive, coéquipière de la 38 et la 32 de chez RKM partent en toupie, se rentrent dedans et détruisent leurs chassis.

Tout ca suite à l’impatience qui vous fait croire qu’une course de 5h se gagne dans le premier virage….en tout cas pour nous la course a été perdue dans le premier virage.

La 12 pilotée par Jean-Christophe Rey évite magnifiquement les cadavres de Lameras éparpillées à la sortie du Beausset et quand le Safety Car sort elle pointe à une fantastique 4° place.

Nicolas ramène la 31, nous constatons la rupture du châssis, rien à faire, il faut tout démonter pour espérer être prêts le lendemain matin. Le pilote de la 38 à la chance d’être situé à l’autre extrémité des stands ce qui permet à tout le monde de se calmer avant de s’expliquer, il avoue tout de suite son erreur ce qui est honorable mais en tant que pilote confirmé il ne doit pas avoir ce comportement aussi agressif au départ d’une course de 5 heures….sinon il va faire de la Clio Cup…

La 12 prend son rythme de croisière, nous souffrons beaucoup de la chaleur, la pression d’huile baisse et le moteur se met en mode sécurité à chaque tour, les pilotes s’adaptent à cette situation en jouant avec les vitesses, ce qui fatigue notre embrayage qui finit par lâcher, nous devrons repartir des stands en poussant l’auto pour que le pilote puisse passer la 1° sans débrayer…

La course se passe sans trop de péripéties, la 31, la 20, la 32 sont HS, la 1 commence à souffrir de problèmes de turbo, la 19 qui joue le championnat doit également s’arrêter, la 67 qui va souvent vite mais pas tout le temps loin finit également par renoncer et au bout du compte la 27 de chez CTF remporte la course devant la 15 et la 1 qui limite les dégâts.

La soirée avance, la 31 est en phase de remontage, Joao de chez TTM vient nous aider à ressouder le châssis, Vincent de chez Tech Drive vient nous aider à régler le poste à souder qui est un peu farceur, les mécaniciens luxembourgeois (et donc parlant uniquement le luxembourgeois) de la 15 viennent également nous aider à comprendre les réglages de ce maudit poste à souder qui devrait faire “brrrrrrr” et qui fait “pet pet pet”.

Soudain le poste à souder comprend ce que nous attendons de lui et se met à ressouder notre châssis avec entrain, ouf, problème résolu.

Pendant ce temps les pilotes de la 12 font des entraînements de changement de pilote car ils perdent encore top de temps par rapport au délai imparti de 86 secondes, ils gagneront plus de 17 secondes de moyenne le lendemain….

Nous finissons vers 0230 pendant que les équipes de Tech Drive feront une nuit blanche pour essayer de réparer la 20…sans succès.

Le lendemain matin départ à 0900, à la mise en grille tout se passe comme prévu

La 12 part sans encombre et oscille entre la 10° et la 8° place au fil des tours, la 31 roule sans problème et le rythme de nos pilotes épuise rapidement la concurrence, nous partons 2°, descendons à la 4° place pendant que les furieux devant s’amusent entre eux, 3°, puis 2°, au bout d’une heure de course nous passons en tete.

Les consignes de TTM auprès des team managers pour calmer les ardeurs destructrices de certains pilotes pensant que la course d’endurance se joue dans le premier tour semblent avoir porté leur fruits et même si certains sont prêts à chevaucher les vibreurs pour gagner les précieux dixièmes qui leur manquent au moins ils ne détruisent que leur auto et pas celle des autres….

La 12 poursuit tranquillement sa course en milieu de tableau, 2 tète à queue nous pénalisent mais la bonne régularité de l’auto permet de remonter tranquillement, les pilotes se sont entraînés la veille au soir pour améliorer la procédure de changement de pilote lors du ravitaillement et les temps sont bien meilleurs.

Elle finira la course dans une belle 9° position mais l’embrayage ayant définitivement rendu l’ame cela annonce une course compliquée l’après midi, il n’y a qu’une heure au stand entre les course et il ne sera pas possible de le changer.

La 31 écrase la concurrence sur cette course, pas de safety car pour rebattre les cartes, notre avance sur le 2° passe de 5 à 10, puis 20, puis 30 puis finalement 40 secondes à 1h de la fin de course.

Les 2 derniers relais se passent parfaitement et Nicolas qui prend le dernier doit juste ralentir derrière un gentleman débutant qui passe une zone de drapeau jaune 8s plus lentement que le temps de référence.

Nous remportons cette course avec 30s d’avance sur la 67 qui ne ménage pas la mécanique et dont l’équipage court toujours après une victoire, ce qui les motive parfois au déla de ce que peut supporter l’auto.

Celle belle victoire indiscutable à un gout amer car nous sommes convaincus que sans l’accident de la veille nous aurions également été en mesure de nous battre pour la victoire, notre équipage est au dessus des autres ce weekend et quand on ne tape pas dedans notre auto fonctionne parfaitement.

La pause de midi se passe rapidement, les mécaniciens essaient de ressusciter l’embrayage de la 12 mais le liquide que nous injectons se retrouve directement par terre, rien à faire.

La 12 doit partir en 12° position pour la course suivante, nous négocions avec la direction de course pour qu’elle essaie de partir par ses propres moyens et si elle cale nous la pousserons et elle partira en dernière position.

La 31 partira de toute facon de la voie des stands car une vis à cassé pendant le tour de chauffe, une fois de plus la mécanique nous trahit, mais nous sommes contents que cette vis n’ait pas cassé au premier tour, ce qui nous aurait coûté plus de temps.

Départ, la 12 fait hurler son moteur et enclenche la première, elle avance mais pas assez, le moteur broute et cale, nous la poussons, la première passe et elle part pour son tour de mise en place en dernière position.

Eric qui prend le départ dans la 12 est motivé comme jamais pour remonter le maximum de voitures lors du départ et dès que les feux passent au vert nous voyons la 12 passer au milieu des 3 derniers rangs comme un couteau dans du beurre, Eric se déchaîne et gagne 8 places en 1 tour.

Olivier qui part dans la 31 passe de la 24° à la 15°, puis soudain rentre au stand au 2° tour, transmission gauche cassée.

Nous ne comprenons pas que la transmission qui a remporté la course du matin puisse casser au 2° tour de la course de l’après midi, nous changeons néanmoins la pièce et 6m47 incluant l’entrée et la sortie de stands et nous repartons bons derniers, la course est déjà perdue.

La 12 continue sa remontée et se stabilise à la 12° place quand soudain lors d’un départ de ravitaillement les 2 transmissions lâchent simultanément, nous garons la 12 dans le box de CTF car nous n’avons pas le droit de pousser une auto en marche arrière, faisons le ravitaillement de la 31 qui arrive le tour suivant et allons changer les transmissions de la 12 pendant que les mécaniciens de CTF nous aident en mangeant des glaces….bel esprit 🙂

Ils nous prêtent fort gentiment une transmission car nous n’en avons plus d’avance et la 12 repart pour finir 15°.

De son coté la 31 connaitra encore un problème avec un connecteur de vérin de boite de vitesse qui joue des tours, nous perdrons encore 7 minutes au stands avant de repartir pour finir 12°.

Après avoir lutté pendant 2h à la fin de la course la 67 finit par en gagner une et la joie de l’équipe technique est à la mesure de la frustration qu’ils ont connu ces derniers temps.

L’organisateur ayant bien fait les choses (pour certains seulement) les participants du podium pourront arroser les gens venus les applaudir à coups de ballons remplis d’eau, belle preuve de reconnaissance de leur part…

Le bilan du weekend est très contrasté, la 12 n’a jamais pu avoir sur la même course un fonctionnement technique correct et un équipage qui ne fait pas de sortie de piste, la 31 a connu 2 courses horribles avec un accident causé par la 38 qui nous coûte BEAUCOUP de points pour la première course, et des problèmes techniques dans la 3°, c’est d’autant plus frustrant car de son coté l’équipage a été parfait en ne commettant aucune faute dans tout le weekend.

En bref quand on combine la technique et les pilotes nous finissons avec 30 secondes d’avance sur l’ensemble du plateau, si l’équipage de la 12 avait pu avoir une auto sans coupures moteur le samedi et sans sorties de piste elle pouvait viser une 5° place, le dimanche sans les transmissions une 7° place était possible.

Nous nous retrouverons au Val de Vienne début Septembre avec des autos prêtes à en découdre.

« Older Entries Recent Entries »