Chauffage électrique

Bonjour à tous,

Ce weekend s’est tenu sur le circuit de Nogaro dans le Gers la 3° manche de la Lamera Cup 2017.

Cette manche a été très contrastée pour nous puisque nos 2 autos ont connu des fortunes fort diverses, nous avions un équipage familial débutant dans la 31 qui a connu un weekend quasi parfait en obtenant 2 podiums en 2 courses, quand à la 12, son équipage à été contraint de la regarder dans le stand une grande partie du weekend à cause de problèmes électriques.

Mais commençons par le commencement, le Vendredi TTM à organisé un track day permettant aux débutants de découvrir l’auto et la piste, nous avons donc eu le plaisir d’accueillir Jérôme et Jean-Michel Rebilly, accompagnés de leur cousin Jean-Baptiste Lamontagne qui ont une belle expérience en rallye mais qui n’ont jamais fait AUCUNE course sur piste….beau challenge pour eux et pour nous.

Une fois évacuées les quelques plaisanteries sur le fait que les bacs à gravier ne font PAS partie d’une spéciale et qu’il faut les éviter le roulage commence sans aucun souci, les trajectoires sont différentes, la conduite est différente, la position est différente, en bref il n’y a pas grand chose de commun mais les débutants se comportent idéalement, les tours s’enchaînent, les temps tombent et la confiance monte lentement.

Du coté de la 12 le vendredi nous sert à comprendre pourquoi notre boite de vitesse qui revient de révision chez TTM pour un coût correspondant à 80% du prix d’une boite neuve (!) refuse toujours de passer de 2 en 3, nous allons passer la journée la dessus en changeant les programmations du boitier moteur, puis vérifier le vérin et sa connectique, puis le réglage de biellette, puis tout le reste avant de découvrir que le potentiomètre de boite qui informe le calculateur moteur du rapport engagé ne fonctionne pas…..de temps en temps…

Nous avons du changer le faisceau moteur de l’auto car le connecteur qui nous manquait pour remonter le vieux que nous devions recevoir à l’atelier a été posté par erreur au circuit directement et nous n’avons pas voulu prendre de risque en remontant mal ce connecteur….funeste erreur !!!

Le vendredi se termine donc de la meilleure manière pour la 31, aucun problème n’est à signaler sur l’auto, les pilotes sont ravis et seule la caméra arrière donne des signes de fatigue.

Les pilotes de la 12 sont frustrés de leur journée mais optimistes pour le lendemain, après tout l’ensemble des faisceaux sont neufs et le problème de boite est en voie de résolution, la vitesse de l’auto et de l’équipage ou Jérémy Sarhy qui court à Spa à été remplacé ce weekend par Frédéric Mallon qui n’avait lui pas pu venir à Spa est confiant en ses chances.

Le samedi matin changement de climat, quelqu’un à laissé le radiateur à fond et au bout de 2 heures de soleil il fait déjà plus de 28°, la piste est de son coté à 45° et les autos commencent a souffrir de la chaleur.

TTM a amené à Spa en test un nouvel échangeur d’air qui n’a pas donné satisfaction, ils ont modifié leur système avec quelques pièces rapportées et il semble donner de bien meilleurs résultats, nous les installons donc sur la 12 mais le délai de parc fermé nous empêche de l’installer sur la 31 avant le soir.

Au bout d’une heure d’essais libres le problème de boite de la 12 est bel est bien réglé, nous attaquons les qualifs avec optimisme mais soudain des coupures moteurs viennent perturber cette session.

Nos pilotes ne pourront faire mieux que 4 et 5 au général, la 31 de son coté s’en sort très bien en catégorie Gentleman en se classant 2 et 3°….

Nous n’aurons qu’une heure aux stands entre la fin des essais et le départ de la course et nous ne trouvons pas le problème de coupures moteur sur la 12, nous devons donc prendre le départ de la course en sachant que le moteur va couper 2-3 fois par tour, c’est inacceptable mais le pire est encore à venir.

La 67 qui part en pole rate totalement son départ, nous nous retrouvons avant le premier virage derrière la 38 quand soudain la 67 freine 15 mètres trop tard, rate la corde, ne tourne pas et vient se trouver juste devant la 38, le pauvre Alban Varutti qui a pris le départ dans la 38 saute sur les freins, Nicolas dans la 12 ne peut l’éviter et l’envoie en tête à queue, pendant ce temps la juste derrière la 1 sort la 44 dans le 2° virage sans que personne ne dise rien.

2 tours plus tard la 12 doit rentrer, radiateur percé, nous changeons celui ci, remontons le tout et repartons mais le mal est fait, il est impossible de faire redescendre la température sous les 100° ce qui fait monter la pression dans le circuit et empêche son refroidissement, nous devrons purger le circuit plusieurs fois et la 12 finira dernière…

De son coté la 31 enchaîne les tours sans aucun problème, les pilotes sont de plus en plus en confiance, les ravitaillements se passent de mieux en mieux, nous nous battons avec la 29 à qui nous prenons 20 secondes dans les stands à chaque ravitaillement pour perdre 20 secondes à chaque relais sur la piste…autant dire que l’écart reste constant, la 4 de son coté reste en tête alors qu’elle aurait du être pénalisée pour avoir accroché la 14 lors du départ mais cela aussi est passé inaperçu, comme pour la 1 la chance semble leur sourire.

Les pilotes de la 31 commencent a croire qu’ils peuvent obtenir un bon résultat sur cette course, nous leur expliquons qu’il doivent avant tout rester sur la piste, ne pas faire d’erreur car ils sont 3° en catégorie Gentleman, ce qui est déjà inespéré pour des pilotes qui découvrent non seulement l’auto, mais également le circuit de Nogaro et les courses en peloton.

Il vont faire une magnifique fin de course et lorsque la 47 connait un problème en fin de course ils passent 2° et termineront sur cette belle place, première course, premier podium pour eux, pas mal !!!

L’organisateur ayant décidé de limiter le parc fermé à 2 heures nous aurons à peine le temps de faire l’entretien standard de nos autos et pas assez de temps pour nous pencher sur le problème de coupures moteur de la 12 surtout que le faisceau volant perd les pédales au moment ou nous rentrons l’auto dans le parc fermé….

La soirée de samedi qui devait être calme pour que les mécaniciens puissent dormir sera quand même animée car TTM à invité l’ensemble des équipes à un repas suivi d’un karaoké, nos pilotes débutants ne sont pas préparés à ce genre d’événement et quand les mécanos de chez RKM ont un interprétation très personnelle de certains standards français des années 80 la bonne humeur ambiante nous fait du bien après une journée difficile.

Le lendemain matin nous récupérons les autos 15 minutes avant la mise en grille et nous devons réparer ce maudit faisceau volant, nos mécanos font ça en 8 minutes et nous sommes à l’heure, mais toujours avec ces satanées coupures moteur…..

Le 2° départ se passe sans encombres mais le pare choc arrière de la 12 est endommagé, la direction de course nous force à rentrer avant le premier relais pour arracher le morceau qui pend et qui risque de se détacher selon eux ce qui pourrait être dangereux s’il vient percuter une autre auto….gardons cela à l’esprit pour plus tard….

Nous rentrons la 12 dans le box pour essayer de solutionner ce problème de coupures moteur, nous changeons un à un tous les organes mécaniques en rapport avec le système électrique et au bout de 5 ou 5 arrêts Sylvain de chez TTM vient nous aider, il indique que le problème de faisceau de la 41 a été causé par le dénudage d’un fil sur la culasse à cause de frottements dus au fait que le faisceau a été modifié et ne peut pas être monté comme l’ancien, nous regardons dans ce sens et bien sur un fil est dénudé, vient toucher la culasse et met un +5V à la masse…un coup de scotch isolant, un bout de tuyau fendu pour protéger ce fil et nous repartons…..avec 30 tours de retard, autant dire que la course est finie pour la 12.

Pendant ce temps de l’autre coté du garage tout se passe bien les Rebilly (qui en plus sont jumeaux ce qui ne facilite pas les conversations avec eux) profitent de cette course pour s’améliorer mais le font de manière très réfléchie sans faire d’erreur malgré la chaleur qui rend la concentration de plus en plus difficile. Jean-Baptiste est le plus rapide des 3 et guide ses cousins qui se disent que s’il peut rouler un peu plus vite qu’eux il reste de la marge et améliorent leurs tours tout au long de la journée.

A 2 heures de la fin de la course la 4 est en tête, la 29 est 2° et la 31 3° en Gentlemen quand la 4 ne passe plus, apparemment elle à tapé et ne peut plus démarrer, nous voyons son avance fondre et elle passe de 7 tours d’avance sur nous à 6 tours de retard.

Il semblerait que la 4 ait tapé dans la 67 qui a son pare choc arrière arraché, mais bizarrement cette fois la direction de course leur laissera passer plus de 14 minutes en piste jusqu’au ravitaillement pour réparer ce pare choc volant, il devait sans doute être moins dangereux que le notre….

Les voisins de la 29 passent donc en tête et vu que 2 de ses pilotes ont roulé chez nous en début d’année les plaisanteries vont bon train, le tout dans un excellent esprit, comme la veille nous leur reprenons beaucoup de temps dans les stands mais ils sont un peu plus rapides que nous sur la piste, ils ont 2 tours d’avance et gardent cet écart sans faire de faute.

La course se termine sous une chaleur infernale, la piste est à près de 60°, les pilotes souffrent, les autos également, la 12 termine 17°, à peine mieux que la veille, et la 31 empoche une splendide 2° place, une fois de plus.

Pour un coup d’essai les pilotes de la 31 ont fait très fort et ils seront chaleureusement félicités par certains de leurs collègues pilotes lorsqu’ils apprennent que c’est leur première expérience sur circuit…

Nous espérons les revoir très vite et les félicitions encore de leur approche parfaite de la Lamera.

Pour la 12 TTM nous a demandé de démonter le faisceau moteur neuf que nous avons monté le vendredi soir et de leur renvoyer pour réparation et modification, nous allons leur renvoyer tout ça et contrôler le remontage de manière très stricte pour être surs que la course de Castellet se déroulera sur la piste et non pas dans les stands.

Nous tenons a remercier ici les pilotes de la 12 qui ont su faire preuve d’un très bon esprit malgré des circonstances de course désastreuses, on va y arriver ensemble et la revanche n’en sera que plus belle.

Bonne journée à tous